Three prisoners of war head home to Jersey

From theislandwiki
Jump to: navigation, search

This article has yet to be formatted and edited but is included, as scanned, for the benefit of those particularly interested in the subject

This article by Joan Stevens was first published in the 1974 Annual Bulletin of La Société Jersiaise

Societe logo.jpg

We have here details about three homing Jerseymen who had been prisoners of war during the Napoleonic wars. All have one thing in common, an ardent desire to return to Jersey, but their adventures in achieving this objective differ greatly. The identity of the first writer, whose journey took place in 1798, is not known, but he may have been a Gibaut, and he was being returned by exchange of prisoners. The second was Philippe Romeril, who was captured, but escaped twice, in 1800, and the third was Lieutenant John Collas R.N. who was repatriated in 1814. It is interesting to note that Philippe Romeril was the great great grandfather of ex-Senator Philippe Josue Romeril, and Lieutenant John Collas was the great grand¬father of the late Senator John Collas. During the period covered by these escapes England was almost continuously at war with France. Jersey merchant ships and corsairs harried the enemy wherever they could find them, and often paid the penalty, while the island itself was perilously vulnerable, being the most southerly and exposed part of the United Kingdom. It is by fortunate coincidence that records of these journeys have survived. The first two are small diaries, in very neat handwriting, but with engagingly original spelling, and total lack of grammar and punctuation. When in doubt, read the entries phonetically, and preferably aloud, and they will be found to make perfectly good sense. John Collas had learned to speak English during his naval service, as is shown by a letter he wrote from HMS Netley to his brother Philippe in 1802. At this period boys went to sea at a very early age, and had little or no schooling. The remarkable thing is that they could write as well as they did. The crew of Le Hazard This tiny diary is written in perfect, but very small and faint handwriting. The name Le Brocq appears on the cover, but in quite a different hand. The writer gives details of his departure from Jersey, and then of the capture of his ship, near St Jean de Luz. From then on it is a sad account of an 800 mile long trek heading for Dunkerque and eventual repatriation via England. The writer tells us of the diet provided, the distances covered, and always where, and upon what, they slept. They had a long and weary march, but by comparison with prisoner of war stories of the Second World War, their treatment seems highly civilised. He was an observant man and records things which interested him en route. Early on he was separated from his crew, as he fell ill and was in hospital at St Jean de Luz for seven weeks, but he was not alone on the march, though he does not say who his companions were.


The second diary, equally well written, is by a Philippe Romeril. He is almost certainly the Philippe Romeril (b. 1779) who in 1810 married Rachel Trachy, daughter of Philippe Trachy of Six Rues Farm, St Mary, and Mary Le Hucquet. Ten years after the escape this Philippe Romeril wrote to his parents from Liverpool, saying that he had just arrived there after a long and dangerous journey. He was then in command of the brig Marguerite, of 165 tons (not a Jersey vessel) and had just come from L'Ile Amelia and L'Ile Espanniole, on the east coast of Florida, with a cargo of 300 barrels of rice, 350 barrels of flour and 210 bales of cotton. He hopes soon to be with his family in Jersey, and sends his compliments to Miss Rachel Trachy. It is interesting to note that the Romerils have been established at Le Petit Catelet, St John, since soon after it was built in 1752, and that the name Philippe has occurred in each generation, and Philippe Josue since 1812 until the present day. On the escape journey he is one of a party of five or six, and he seems to be the leader. He is the one who replies when gendarmes accost the group, and it is he to whom God speaks about escape from La Tour Solidor, although he does not explain how a prisoner could manage to BUY a gimlet. Romeril tells us of their diet when prisoners, and it is very similar to that mentioned in the previous diary. It usually consisted of a daily ration of lIb bread, lIb beef and 1 pint of wine (in the south) or cider (when in Brittany). One wonders how good such a diet was by modern standards, and one is forced to conclude that it was reasonably adequate. Had the men been kept for a long time in La Tour Solidor, the absence of Vitamin C or of any form of dairy produce, would have been felt. But the beef, particularly if liver was sometimes included, and the bread, doubtless unrefined, and therefore more nutritive, provided the carbohydrates, protein, fat and roughage needed. Most of the essential vitamins were present, even if in small quantity. In fact, by modern standards lIb beef daily sounds like a millionaire's diet. Whilst on the march, we may presume that both diarists would have supplemented their rations from orchards and hedgerows as they passed. Fortunately for them, both journeys were undertaken in late summer. The final phase of 22 hours rowing from St Malo to Jersey was perhaps the most arduous part of their 350 mile journey which took over four months. How fortunate we are that when Mr Romeril's safe was burgled a few years ago, the thieves thought that a bundle of old discoloured papers was not worth their attention, and jettisoned it. In the case of Lieutenant Collas, more is known about him as a man, and less about his journey, which is known only through the official passport for a part of it. He also was born in 1779, the son of Philippe Collas, of La Maison de St Martin, Constable of the parish, and Susanne, daughter of the Reverend Richard Le Feuvre, Rector of St Peter. He entered the Navy, his first ship being the Bravo, stationed in Jersey and her Commander at the time was Captain Dauvergne, Duke of Boalon (sic), with whom Collas became friendly. After the brief peace following the Treaty of Amiens (1802), he rejoined a ship called the Hindostan, commanded by Captain J. Le Gros, a brother-in-law of Dauvergne, and in 1805 he joined the Calcutta as Acting Lieutenant. Her capture in September of that year is given a detailed account in William James' , Naval History of Great Britain' (Vol IV, 1837 edition, page 147, and Appendix page 369). She had left St Helena with a homeward bound convoy, meeting the Rochfort squadron under Rear Admiral Allemand off Sicily. The convoy was hampered by a merchantman, The Brothers, which was in a bad condition and very slow. Calcutta, though facing greatly superior enemy forces, took steps for the security of her convoy, and then made sail to intercept one of the enemy ships, the Armide, with which she exchanged fire, damaging the latter, which then moved off out of gunshot.


The whole French squadron then attacked Calcutta, which had engaged the Magnamine, but was then completely unrigged and unmanageable, and had no alternative but to surrender. She was then in such a parlous condition that it took the French two days to render her seaworthy, during which time the main convoy managed to escape and pass into the Channel. At the end of this engagement the French squadron had captured 1200 prisoners including John Collas. The Captain of Calcutta, Daniel Woodriff, was released in 1808, but Collas remained in prison for another six years, a total of nine years. The family tradition is that the officers were placed on parole, which some of them broke, but that he was not amongst them, and served the full period until the peace. In April 1814 he was issued at Guerit with a travel passport authorising him to return home via St Malo. Family tradition again says that he was in prison at Verdun, but there is no proof of this, and the passport only covers the journey from Guerit, a distance of some 300 miles. It is curious to note that all the three prisoners' journeys passed through Tours. The document gives him the right to 2.50 francs (per day presumably) for expenses, but with no right to a horse, as he was under 50 years of age. He reached St Malo on May 2nd, and presumably arrived home soon after that. It was not until 1821, seven years later, that he was married, to Charlotte de Vaumorel, only child of Dr John de Vaumorel HEICS, a descendant of a French refugee family who had settled in the Island. Dr John's parents were Dr Philippe de Vaumorel and Constance Charlotte Le Hardy, he being a well known doctor at the time, living in Hue Street, very probably no 19, a house built in 1749 and now about to be demolished. John Collas saw no further active service, and at some period he built his house' Cleremont " now called the Mont Millais Hotel. His original small house is unrecognisable amid the alterations and enlargements which have taken place in recent years, but it was designed to be reminiscent of a ship, and he is said to have thought out the design during his years of imprisonment. From a vantage point in the garden there is a commanding view over town and harbour, where one can imagine the old sailor watching movements of shipping through his telescope, which is still treasured by his descendants. At a time when prisoner of war stories enthrall television audiences, no apology is offered for giving our members some contemporary accounts of Jerseymen who longed to get home, with true nostalgia, and succeeded in so doing. The author is grateful to Professor F. Bergel, F.R.S. for advice on diet, to Mr A. Podger for information on local shipping, to Miss J. F. Arthur for transcribing the first diary, and to Mr C. G. Stevens for drawing the map. JOURNEY OF PHILIPPE ROMERIL 1800 Memoire de la prise Joumalle Lundy 16 Juin 1800 a 10 heure Du matin etant a l'ankre a lantre du pertuis breton no us avont apercut Deux lougret-' & une goiIlet(2) au vents D'aulon ausitos nous avons Ieve l'ankre & mins sous voile & mins nos avirons De hors iI nous ont dabors donnez Chasse en despendans des vents sur Nous & au bout de trois heure nous avants ete fait amene par les deux lougre de la Republique fransois la Charlote & l'angelique avec plusieurs bords de canon & en meme temps Nous ont amarinez & no us ont conduis les un au bors de la Charlote les autre au bors de l'angelique & nous avont reste cinque a bors de la prisse il nous ont conduis dans la Rade des Sable au nous avont passe notre nuit au bors de la dite prisse. Mardy 17em Juin a Deux heure apres midy il ont fait en barque Notre Capitaine au bors de la prisse & deux homme de notre equipage et ont Ramene les autre au bors des dits lougre & dabors il ont partit pour Rougefor avec la prisse & en meme temps nous ont conduis a terre au Sable D'aulonne ou nous avont ete Mins en prison no us y avont ete bien uzites nous avont une livre de pain une livre de beufe & une boutielle de vin par jours. Nous avont Reste Jusquau 6 em Juillet 1800. Les hommes de notre bors qui est au Bors de la Charlote ont ete des poulies & piIles de tous leurs efet & ceux Du bors de l'angelique ont ete bien uzites. (1) Lugger (2) ? Small galley


Dimanche 6em Juillet a 4 heure du matin nous avons prins la marche pour Vallencienne conduis par des gens Darme & Cannonnie a 9 heure du soire nous avont arive a luson i! y a 12 Iieux ou no us avont ete mins Dans un cacho bien afreus, Lundy 7e a 6 heure du matin nous avont marche pour fontene il y a 7 lieux nous avont trois livre de pain par jours & de laux nous y avont reste Jusquau 13 Juillet. Dimanche 13 Juillet a 6 heure Du matin no us a von marche pour Noirts il y a 7 lieux Mardi 15e Dito a 6 heure du Matin nous avan marche pour St Messer i! y a 7 Iieux. Mecredy 16 nous avon marche pour Unzinia i! y a 6 leiux Jeudy 17 Juillet a 4 heure du matin nous avon parti de luzinia pour poitieilIi il y a 7 Iieux. Vendredy 18 a 5 heure du matin no us avont partit pour Chatelerous il y a 10 Iieux tous Jours les meme vivre Samedy 19 a 6 heure du mat in nous a vont part it pour St Mours i! y a 10 Jieux continuasion de misere. Dimanche 20 a 6 heure du matin nous avont part it pour tours il y a 10 lieux nous y a vont Reste Jusquau 22 Jai eut tous Jours les ville ou Jai passe pour prison au paravan davoire deserte. Mardy 22m JuiIlet 1800 a 8 heure Du matin nous avant partit pour Lange il y a 6 lieux mais a 12 heure Du matin nous nous sommes echapee 5 de notre equipage en esperans sous la permisiont de Dieu de repasser a Jersey en diligence rnais Ie malheurs nous a tous Jours poursuitvi. Mercredy 23em continue la Route en esperant to us Jours la liberte nous a vont marche au en viron de 20 lieux ces Jours la nous a vont tous Jours trouve de bon amins sur la Route. Jeudy 24em Juillet DOUS avont tous Jours pour suivit sous la meme esperance a 9 heure du matin no us a vons passe la Riviere du mons. Vendrdy 25em nous avons to us continue la marche bien forte en esperant que Dieu nous acordere la faveur de Repasser dans notre I1Ie de Jersey. Samedy 26em JuiIlet continuassiont De forte marche & beaux temps 9 heure du matin nous avons pase au travers dune fores de bois ou nous avons ete a Restes par deux homme armes De chacun leurs fuisie a deux coups mon demandes ou ales vous Je leurs est Respondes a St Malo & en meme temps mon Demande douvenez vous Je leurs est Repondut de Bourdau i! nous ont leses passer. Dirnanche 27 JuilIet nous commencon taus les Jours a marche au sitos quon peut voire nous somme oblige de coucher Dans les Bles ou au pids des fausse sans au cune Retraite de personne. Lundy 28 Juillet nous tenont tous Jours le meme Route sous la meme intansiont et Dieu nous donne to us Jours beaux temps. Mardy 29 Juillet nous prenon Ie courage plus fors croyant etre prais a aitre Rendus au lieu desire. Mecredy 30 Juillet 1800 a 10 heure Du matin nous somme a 4 lieux de la ville Davranche & a 8 leiux de Grandville nous somme bien en nuiyez de faire autan de chemins. Jeudy 31em Juillet 1800 a 12 heure Du matin nous somme a 5 lieux de Quanqualle continuasion de temps Nous voila bien a procbes. Vendrdy lem Aoust J 800 no us esperon etre sauves a yant Dieu pour guide Nous esperons etre a vee nos amins en peut de temps. Samedy 2em Aoust a 10 heure du soire nous avons eut Ie maleurs Daitre aretes par quatre Jeans darme qui nous ont demande ou ales vous Je leurs et Repondut a St Malo en suite mon demande ou ete nos passe pors Je leurs est Repondut que no us les a vons perdus par Ie chernin II no us ont dabors conduis a ville de ou nous avont passe notre nuit etant bien gardes nous avont couche sur de bon list De plume & le lendemain au matin II no us ont faits payee pour notre couche & pour ce que nous avont prins. Dirnanche 3me Aoust .1800 a 6 heure du matin nous avont partit pour solidor conduis par neuffe Jeandarme Nous avont arive a la tour solidor a Douze heure du matin au nous avont ete mins en prison trante heure au paravant davoire des vivre nous avont une livre de pain & une livre de beufe & une pinte de sidre par Jours Nous y avont Reste Jusquau 24em Octobre dans lannui & dans la misere. Au bout de quatre semaine que nous etion dans cette prisson sans voire qui lieut moyent de partit une nuit etant couche Dieu memins dans Ie coeurs de faire acheter une vrille(l) pour faire les moyens de perser la prison avec cette agrementw nous avont perces les trous au si proche qui! ete posible les uns des au tre apres sa Jai fait Des dans a mon coutaux pour coupe dans les trous au !a vriIle avit perce Nous avont ete set semainea faire Ie trous pour pourvoire passer nous avont amarest" nos couverture au bout les une des autre pour devaler avec sa nous avont devale 35 pieds de hauteurs Dieu no us a taus preserves etant desendus au pieds de la tours Nous avont prins un bataus nous a vons ete cherche des agresv" pour Ie Dit batau a trente pieds du sold as qui ete en fassionw & nous avant prins des avirons etant dans la batau nous avont en velope les avirons avec des mouchoirs pour qui ne tis pas de bruis nous avont sortit a Deux heure a pres minuit & nous avont arives a Jersey au bouts De 22 heure. Nous avont marche 85 dieux en etant conduis pour apres Je ne puis savoire au Juste mais nous avont marche Davantage. Vive la liberte.


Chronological summary of Philippe Romeril's Journey Captured 16 June 1800 at Pertuis Breton near La Rochelle; spent 17 June to 6 July at Sable d'aulonne (Les Sables d'Olonne); mentions Rougefor (Rochefort). July 6 march to Valenciennes begun; slept Luson (Lucon), 7-13 at Fontene (Fontenay). 13 to Niorts (Niort). 15 to St Messer (St Maixent). 16 to Unzinia, Luzinia (Lusignan). 17 to Poitielli (poitiers). 18 to Chatelrous (Chatellerault). 19 to St Mours (Ste Maure). 20-22 at Tours. 22 left for Lange (?); escaped at midday. 23 heading for St Malo; 24 crossed la Riviere du Mons (the Sarthe, on which Le Mans stands). 26 arrested, but allowed to proceed. 30 4 leagues from la ville Davrance (Avranches) and 8 from Grandville (Granville). 31 5 leagues from Quanqualle (Cancale). Aug 2 arrested near St Malo. 3 taken to La Tour Solidor; there confined to 24 Oct., when he escaped in a rowing-boat, to Jersey. Overland distance covered, about 350 miles. JOURNEY OF THE CREW OF LE HAZARD 1798 Depuis que Nous avons party de jersey Dans l'annee 1798. Nous avons party le VingtSix de Juin Dans un Corsaire appelle Le Hazard Commande par Capitaine John Coutanche. Nous avons mouilie l'Ancre dans la petite Rade le londemain Qui e16 Ie VingSept. Nous avons fait Voile pour aller Croiser Sur la Cote d'Espagne & etant en Voyage Nous avons ete Chassez par un Corsaire Mais Nous aIlions Mieux que lui Nous Ie perdime de Vue dans peu de terns pendant Le passage Nous avons eut toujours Mauvais terns et des Vents Contraire Quand Nous Sommes arrivez a la Cote Ie londernain Qui ete le 10eme Jour JuiIIet Nous avons decouvert une Voile ausitot Nous avons fait dessus Mais Approchant de lui it s'est trouve etre un Corsaire de Guernesey Celui qui Nous Avoit donne Chasse sur le passage Cornman de par Capitaine Mollet & il nous ont a Compagnees pendant deux jours. Au bout de deux jours Nous avons appercu un Navire aussitot Nous avons fait tout deux dessus pensant que C'etoit un Navire Marchand Mais approchant de Lui Nous avons Reconnu que C'etoit un Corsaire Aussitot il Nous a donne Chasse Depuis Midy jusqua dix heure du Soir quil Nous Perdi de Vue Capitaine Mollet apporte Large la nuit et nous avons Rapporte a La Cote puis Ie Matin devers


trois Heures Nous lavons appercus au Vent a nous Apportez de Canon & tout Calme Voyant Quel approche de Nous Nous avons Pris les avirons & avons Nage trois ou Quatre heures puis avons Cesse un peu de terns Mais etant entre Ie terre et lui Nous Avons passe apportez de fusils de lui et Nous tirons toujours des Coups de Canon puis Nous avons Repris les avirons et avons nage Encore un peu de terns et Nous Nous en Sommes Reloignez a portez de Canon Mais Ie Vent Se Cru et la mer se grossi elle Retomba a portez De fusil et il Commencerent atirer leurs Mousqueteres et Voyant Que les Balles tombees de tous Coteez Nous avons ete obligez Damener Notre position Ny pouvant plus Registrer il y avoit plus de Cent Balle dans Nos Voiles, Cetoit Corsaire Brigue de Bayonne Nomme Limpatient Commande par Capitaine Baillie perce pour dix huit Canons II avoit Cent Sinquante homme dequipage etoit un Corsaire tout Noeuf Sortit de Bayonne depuis Quinze jours il Navoit pris Rien autre Chose auparavant Nous Nous Avons Reste un jour a leur bord puis il Nous Debarqua au port Sokua proche lespagne Qui ete le 15 Juillet ou il Nous ont Mis a Coucher dans un Vieux Chateau puis Ie Lendemain il ont fait Marche lequipage a Bayonne et moi jai reste avec Mon Capitaine a une petite Ville appellez St Jean de Lus Nous y avons Reste trois jours au bout de trois jours il Nous a falut Maittre en Marche Pour Bayonne du port Sokua a Bayonne La Distance est de 3 lieu x Arrivez a Bayonne II Nous ont enfermez dans une Sitadelle avec Le Reste de Notre esquipage Ie lendemain je parti a lhopitale puis au bout de huit jours II ont fait Marche Notre esquipage Dans Le terren Moi jai Reste a lhopitale pendant Sept Semaine la ou jaites libre au bout des Sept Semaine il me Conduit ala Sitadelle Ou jy ait Reste jusquau 29 Octobre II faisoit du tonnere presque tous les jours il a tombe un Coin de foudre dans lhopitale dans le meme appartement ou jaitez ou il y a ete un homme tue et deux Blessez les alouanges de la prison Sont de une livre et demie de pain par jour une demie livre de Viande une pinte de Vin par jour Comme aussi une Quatre de Rix par dix hommes par jour Nous y etions Couchez Sur le pierre sans paille ny Rien ... Commandant de Bayonne qui Nous allons ... pour etre echangez Nous avons party de Bayonne Ie 29 Octobre pour Marcher pour Veziers en Sortant de Bayonne Nous avons ... Ville appellez Dax Ia Distance de Bayonne a Dax est est 16 Iieux il nous ont enfermez La nuit a coucher dans un Vieux Chataux Couchez Sur la paille Dans Cette Ville De Dax il y a une fontaine Remarquable ou Ieau y Court toujours on a eprouveu: a en trouver Ie fond Mais la Charge de Sinq Charette de Iigne(2) et un BouIet de trente Six livres attache au bout de Iigne il Nont pas put Ie trouver Cest une chose bien Remarquable et bien Surprenante que on peu pas y Boiller un oeuf et quon peu bien Boiller De la Viande, les habitans De la Ville ont Certifie que Cette eaux Ressour de dessous Ie Souffre Car il se sont appercus que la Ville depuis plusieurs Annees Cest une Chose Bien Surprenante de Voir Cette fontaine Car sy on Ie Voye pas soit Meme on Voudroit pas Ie Croire en Sortant de Cette ville il nous fait Marcher a une Autre ville appellez Tartasse la Distance de Dax a Tartasse est de 9 Iieux ou Nous avons passe la Nuit Dans un Vieux Couvent couchez Sur Ia paille Le Iendemain il Nous a falut Marcher A la prochaine Ville appellez Mon de Marchand 8 Iieux ou nous avons passe La Nuit Couchez Sur des Matenats(3) Ensuite a Rocfort 8 Iieux Ou Nous avons Couche sur Ia paille Dans une Eglise Nous avons party a Minnui pour Alfer a Bassaie 16 lieux Nous avons Couche Sur Ia paille Dans une Eglise La ou nous avons trouve de Bonne gens Ensuite a lango 7 lieux ou Nous avons Passe Ia Nuit Dans une Escuris ou Nous avons Couche de Sur Ie fumie De Iongo a Castre 6 Iieux ou Nous Avons passe la Nuit dans un Cachotw Couchez de sur Ie foin ensuite a Bourdans 9 Iieux, on y avons Reposse deux jours Nous y avions une livre & demie de pain De Mie livre de trois Mechante viande Au Soir Nous avions de petite feve(5) qui Nauroit etoit Convenable qua des Chevaux & Couchez Sur la pierre ou Nous avions la liberte Depuis les dix Heures du Matin jusque est 7 heure du Soir ensuite Nous avons Marche a St Andre 7 lieux ou Nous avons traverse deux Riviere on Nous amis Dans une Escuris a Coucher De Sur Le fumie les habitans de la Ville Nous ont aprete Nos Vivres et de la Nous avons Marche a Monlieu 7 Lieux ils Nous ont Mis


a Coucher Dans une Escuris sur la paille les Habitans de la Ville Nous ont apporte Nos vivres Nous Navions Rien que De leau a boire de la Nous avons Marche a Barbesieux 9 lieux ou Nous etions dans un Couvent Nous y avions de Mauvais pain de la a llingouleme 10 lieux ou nous avone Repose un jour il Nous ont Mis dans une tour a Coucher Sur la paille & de tres Mauvais pain de la a Monne 7 lieux il nous ont Mis dans une Eglise Couchez sur la paille aussi de Mauvais pain de la a Russe 6 lieux il Nous ont Mis dans une prison Criminelle Couchez sur la paille de la a Coit 10 lieux ou Nous avons Vu Monsieur Du pons, il Nous ont Mis dans un Chataux ou il y avoit environ 80 appartemens dessus et dessous la terre il y avoit un puis ou Ion tire leau avec une grande Roue & il y avoit des Conduits pour Conduire leau dans toutes les Ecuris les habitans de la Ville Nous ont dit que ce Chataux avoit Coute un Million a faire Batir dans Cette Ville Nous avions la liberte de la a poitier 11 Lieux Nous etions dans un grand Couvent ou il y avoit environ 20 ou 26 appartemens Nous y avions de tres Mauvais Vi an de & a Coucher sur la paille de la a Chatelroux 10 lieux on nous a mis dans un Vieux Chateau qui etoit tout Remplit de puces Couchez de sur la paille de la a St Morts 9 lieux ils nous ont Mis dans la Maison de Ville ou il ete ecrit Sur la porte on se sert ici du titre de Citoyen Nous etions remfermez sans avoir de liberte de la a Tour en touraine 11 lieu x ils nous ont remfermez dans une prison Criminelle sans avoir de liberte de Ia a Emboisse 6 lieux il nous ont Mis dans une prison Criminelle sans avoir de liberte de la a Blois 10 lieux on Nous a Mis dans un grand Couvent ou Nous etions tres bien de la a Boisansie 8 lieux on Nous a Mis dans une prison Criminel sans avoir de liberte de la a Orleans 6lieux on Nous a Mis dans des Cazerne 10 par Chaque appartement Nous avions des Matenats des Couvertes de la a Neuville 4 lieux ils Nous ont Mis par les Maisons des Bourgois deux dans Chaque Maison Nous avions de Bons lis de la a pluviers Nous etions la meme Chose de la a Montriit 6 lieux on Nous a Mis a Coucher Sur la paille de la a provins 10 lieux Nous etions dans des Ecuris Nous avions la liberte daller dans la Ville & ceux qui Vouloint payer pour des lits pouvez aller dans la Viller Couche de la a Sezanne 11 lieux NOllS etions dans une eglise Renfermez sans avoir de liberte de la a Impernay 11 lieu x Nous etions dans des Ecuris il y avoit des Sentinelles la Nuit a Nous garder de la a Reims 6 lieux on Nous a Mis dans un Colege a pretre Nous etions Couchez sur la paille de la a Rutel 9 lieux Nous fume Mis dans un appartement ou il y avoit 6 fours et tres Capeurw' dans Cette Ville il y avoit une des plus Belle eglise de dans la France dans Cette Ville y a une Catedrale qui a 900 pieds de tour ou dans Cette Catedrale il y a une Orloge qui frape Oll Quant eIle Sonne Vous voyez des grenadiers des Cavaliers qui sorte par un trou & Rentre pat lautre et il en Reste toujours quatre dehors a faire Sentinelle toutes les heures ou Cest deux petits hommes de Bois qui la Sonne de la a Mezieres Ville departement dez ardenne 9 lieux Nous sommes arrivez a Mezieres Ie 8 decembre Quand Nous y Sommes arrivez on Nous a Mis dans une Cazerne qui a Bien 400 pieds de long il y a un appartement ou Nous y Sommes 14 dans Chaque appartement Nous y Somme tres Bien c'est le Roy d'Angleterre qui Nous Maintien Cette Ville est inprenable il y a une Riviere & un pont darche qui est des sus ou dans une heure de terns il peut se faire Venir plus de Ving pieds dans tout au tour de la Ville les Alouange de la prison sont de llb 1- de pain i de viande une Boutelle de Biere par jour Comme aussi Zonce de Savon par homme par Semaine & 20 Sous par Semaine Nous avons aussi une paliace un Matenas une paire de dras & une Couverte en Viron une Mille de Cette Ville il y en a une autre appellee Charleville la il y font Baucoup de fusis le 19 Aoust 1799 Nous avons party une division de Mezieres de 139 hommes pour echanges le 19 Nous avons Marche a Mon Bert fonteinne 3 lieux on Nous a Mis deux a deux a Coucher par les Maisons le lendemain Nous avons Marche a Herson 6 lieux ou Nous avons ete la meme Chose Le lendemain a landresy 10 lieux ou nous avons ete la Meme Chose de la Nous avons passe par une Ville appellez Quenoits 3 lieux ou nous avons Repose environ une heure a Manger de la a Valencienne 3 lieux la ou Nous avons trouve Beuacoup danglois prisonniers de la a St Amant 3 lieux qui ete a la Moitie


Chemin les habitans de Cette Ville Nous ont dit que la Ville avoit ete prisse par les Anglois dont iI y ont pris 18 hommes de" troupes il y avoit 3 lieux Moitie Chemin de la a Orchil 3 lieu x ou no us etions la meme Chose de la a Tile en flande 6 lieux ou no us etions la meme Chose de la a Armentier 3 lieux Moitie Chemin de la a Bayeuil 3 lieux ou nous avons ete la meme Chose de la a Cassel 4 lieux la meme Chose de la au fort louis 6 lieux ou nous y avons trouve environ 9 ou 10 Cents Anglois qui etoient la a tendre pour les quertile'?' Landresy Quenois Valenciennes toutes Cest Ville ont ete relinez(8) par les Anglois du fort louis a dunkerque iI y a t lieu. (7l Cartel, an agreement for exchange of prisoners. (8) Presumably' relevez ' for relieved. APPENDIX The following extracts from Mourant's Gazette, contributed by Mr Alec Podger, are relevant. - Editor 12/2/1808 Gives a list of Jerseymen, prisoners in France. 22/1/1814 Capt Dolbel, and Ph. Mourant, two natives of this Island, Together with an Alderneyman and an Englishman, broke prison in France and arrived here Sunday last. They left their depot at Longwy, 19 Dec last, crossed Flanders and Brabant, arrived 3 Jan at Waalwych, Holland, then to Schevelin near Le Haye, embarked 19 Jan" arrived 10th at N. Yarmouth. Capt Dolbel has been a prisoner 9 years. When they left Longwy the under-mentioned were all in perfect health. Capt P. Le Vesconte & Son Messervy Capt Le Gresley Romeril Sious Alexandre Becquet Amy Montbrun Le Brun Asplet Clem Laffoley Le Geyt Bechervaise Benest Hacquoi1

  • This date should presumably be 9th, not 19th. A.P.

12/3/1814 Escaped from prison in France after 9 years, M Richard Roissier, and has arrived in Jersey. 19/3/1814 Richard Roissier ... has studied for 5 years the art of surgery, under the direction of a chief surgeon of the Hospital while he was prisoner in France, and he is now setting up as a surgeon, etc. 16/4/1814 (War over) 12-15 prisoners arrived from France. There are about 900 at St Malo to follow for England. 23/4/1814 About 450 p.o.w.'s arrived from St Malo and Granville, of which about 100 are inhabitants of Jersey and Guernsey. 30/4/1814 592 p.o.w.'s arrived, including a large number of local inhabitants. 7/5/1814 266 p.o.w.'s arrived from France. (British and local).

Personal tools
Donate

Please support theislandwiki.org with a donation to our hosting costs